Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 20:40

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Comme suite à la décision prise par le Directeur Régional SNCF Mobilité d’abandonner la tenue des guichets de la gare d’Ambert, pour en proposer la gestion à des agents municipaux et d’en arrêter, à terme, l’exploitation, un collectif s’est constitué, regroupant des citoyens, militants associatifs, syndicaux et politiques de tous bords, ainsi que des élus locaux, dans le but de défendre les services publics dans notre territoire et les intérêts de nos concitoyens.

A cet effet, une banderole sera dévoilée en gare d’Ambert, et une conférence de presse organisée ce samedi 23 juillet 2016 à 10h30 par les signataires de ce communiqué.

LA MAIRIE D' AMBERT ET LES COLLECTIVITES DE L'ARRONDISSEMENT / LE CDDSP THIERS-AMBERT/ L’UL CGT AMBERT /AMBERT AU CENTRE/ AMBERT INITIATIVES/ LE PCF/FRONT DE GAUCHE SECTION MARCEL MARCON ARRONDISSEMENT D’AMBERT/ LE PARTI SOCIALISTE SECTION AMBERT-VALLEE DE LA DORE/ LA SECTION AMBERT UDI/ LA SECTION LIVRADOIS-FOREZ MODEM/ LA SECTION AMBERT LES REPUBLICAINS

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 20:38
Guichet de la gare SNCF d'Ambert - Lettre aux élus et motion
LETTRE A L’ATTENTION DES ÉLUS DE TERRITOIRE
 

Madame, Monsieur,

 

Suite à l’annonce par le directeur Régional Mobilité de la SNCF

  •  de transformer la gare d’Ambert de « bureau de plein exercice » en un « bureau auxiliaire » ;
  • de négocier une convention de mise à disposition d’un agent municipal ou d’un associatif, qui reprendrait les fonctions d’un agent de la SNCF à échéance du 1er juin puis reculé au 1er septembre 2016…
  • et donc à terme, de fermer le guichet d’Ambert 

Un groupe de travail s’est mis en place, afin de faire obstacle à ce projet et être force de proposition pour le maintien du guichet d’Ambert, dans l’intérêt de la population et du bassin d’Ambert et de ses environs.


Dans le cadre de nos actions nous vous demandons de bien vouloir relayer auprès des membres de votre conseil les informations relatives à ce dossier et de proposer au vote de l’assemblée la motion ci-jointe. Vous voudrez bien la réadresser une fois votée au CDDSP Thiers-Ambert qui se charge de centraliser les informations, à l’adresse suivante : cddsp-thiers-ambert[at]laposte.net


Par ailleurs, nous vous demandons également de bien vouloir nous soutenir en relayant notre action et notamment la possibilité pour tous de signer la pétition en ligne que vous trouverez à l’adresse suivante : https://www.change.org/p/la-population-que-la-population-de-notre-territoire-soit-au-courant-et-nous-soutienne-dans-nos-d%C3%A9marches


Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire et dans l’attente vous adressons nos sincères salutations citoyennes.




 

Motion du groupe de travail élargi, proposée au vote des différents conseils municipaux, conseils communautaires de l’arrondissement d’Ambert, conseil départemental et régional.

Les territoires ruraux connaissent depuis de nombreuses années un réel recul de l’offre locale de services publics, entraînant une dégradation des conditions de vie et une rupture d’égalité territoriale.

Nous déplorons que ces territoires ne soient envisagés qu’au regard des considérations de rentabilité, de volume de clientèle et de chiffre d’affaire, au mépris des obligations d’aménagement du territoire et du respect des règles républicaines, qui devraient s’imposer dans l’intérêt de tous.

De plus, l’argument selon lequel internet faciliterait les opérations (en l’espèce  d’achat des billets  de train) et justifierait de priver les habitants d’un accueil physique, est en réalité une nouvelle forme de rupture d’égalité. En effet, la dématérialisation pénalise notamment les populations âgées et fragiles, qui n’ont pas forcément accès à internet et n’en maîtrisent pas la culture. Elles ne peuvent plus trouver sur place les conseils qui leur seraient utiles.

Concernant la volonté de la SNCF :

  • de transformer la gare d’Ambert de « bureau de plein exercice » en un « bureau auxiliaire » ;
  • de négocier une convention de mise à disposition d’un agent municipal ou d’un associatif, qui reprendrait les fonctions d’un agent de la SNCF à échéance du 1er  juin puis reculé au 1er septembre 2016…
  • et donc à terme, de fermer le guichet d’Ambert,

nous avons de nombreuses objections :

 

  • Cette fermeture du guichet de la gare d’Ambert, décidée unilatéralement par la direction de la SNCF anticipe opportunément la renégociation du contrat plan Région/SNCF qui arrive à son terme en décembre 2016.
  • L’argument économique et la mise en œuvre d’une  « impossibilité » de remplacer un agent sur le départ, devient une méthode généralisée inacceptable, au regard des engagements pris par la SNCF, entreprise qui a des obligations liées à la prestation de missions de service public.
  • Par ailleurs, les habitants du territoire n’ont pas à être pénalisés d’un dysfonctionnement dans la gestion des ressources humaines de l’entreprise SNCF, D’autant qu’en fait le poste d’Ambert n’a pas été passé au mouvement des personnels
  • Au contraire les territoires ruraux, particulièrement ceux reconnus comme enclavés doivent bénéficier de la solidarité Nationale avec la mise en œuvre effective de la péréquation entre les territoires.
  • La tentative d’imposer brutalement la transformation de la gare d’Ambert de « bureau de plein exercice » en un « bureau auxiliaire » est faite au mépris total des obligations de concertation et d’information contenues dans :
  • la Charte des Services Publics en milieu rural, qui impose l’obligation d’informer le préfet de département des évolutions de services qu’elle prévoit six mois avant leur mise en œuvre.
  • La convention Région/SNCF qui stipule que  toute proposition d’évolution de la distribution, de l’ouverture des gares et des guichets devra respecter le principe de continuité de l’offre de services et faire l’objet d’une consultation préalable de la Région. 

Dans ces conditions, nous demandons :

  1. Que la SNCF renonce à la transformation de la gare d’Ambert de « bureau de plein exercice » en un « bureau auxiliaire »,
  2. Que la SNCF ne ferme pas le guichet, par le transfert de son activité à un agent municipal ou associatif.
  3. Que la SNCF ne diminue pas l’offre d’accueil physique sur le territoire, ni en terme d’horaires d’ouverture, ni en terme de compétence.
  4. Nous affirmons également notre soutien aux actions qui seront engagées en ce sens, notamment en relayant l’information auprès des habitants et sur la pétition en ligne : https://www.change.org/p/la-population-que-la-population-de-notre-territoire-soit-au-courant-et-nous-soutienne-dans-nos-d%C3%A9marches
Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 15:45

Réunion du 11 juin 2016 concernant le guichet SNCF

 

Présents : Philippe Hernandez, Michel Sauvade (obligé de partir dès le début de la réunion), Simone Monnerie, Sylvie Monnet, Antony Obert, Bruno Ruptier, Sophie Boissière, Jocelyne Lizer, Corinne Mondin.

Secrétaire de séance : Corinne Mondin.

 

Informations générales : La nouvelle proposition de la carte SNCF fait disparaître la gare d’Ambert.

Information de la municipalité d’Ambert :

Le guichet de la gare d’Ambert est ouvert au public jusqu’au mois de septembre 2016 avec un agent SNCF.

La municipalité d’Ambert n’a pas eu de nouveau contact avec Monsieur Chartrin.

Un courrier a été envoyé à Madame la Préfète pour savoir si elle a été avisée de la modification, dans les formes et les délais requis, de la nouvelle organisation de l’offre de service de la SNCF sur le guichet d’Ambert. La SNCF est signataire de la Charte sur l’organisation de l’offre des services publics et au public en milieu rural de 2006. Elle est donc dans l’obligation d’informer le préfet de département des évolutions de services qu’elle prévoit six mois avant leur mise en œuvre.

 

Informations émanant des organisations syndicales :

Une rencontre avec Monsieur Chartrin a eu lieu. Il a été insinué qu’un conventionnement était en cours avec la municipalité d’Ambert.

La SNCF n’a pas fait passer d’offre de poste en interne .Les organisations syndicales demandent une offre d’ouverture de poste au niveau national.

8000,00€/an seraient versés à la municipalité.

La fermeture du guichet d’Ambert serait programmée à trois ans. La CGT se demande si la nouvelle Région a été informée de cette fermeture.

Une deuxième convention avec la SNCF aurait été proposée par la municipalité d’Ambert. Cette convention serait aux services juridiques. Dans ce cas, la CGT en demande une copie.

Une motion de censure a été rédigée avec demande à tous de valider ou de modifier les termes de cette motion. Les organisations syndicales demandent à ce que cette motion soit lue aux prochains conseils municipaux du canton. Simone Monnerie demande à ce que cette lecture soit aussi effectuée dans les différents conseils communautaires. Concernant Ambert, une lecture sera faite au prochain conseil municipal du 24 juin.

La CGT souhaite prendre contact avec les différents élus du territoire pour qu’entre autre, ils s’engagent à manifester devant la gare d’Ambert. Monsieur Antony Obert se charge de mettre en forme une banderole sur laquelle sera mentionnée les différentes entités de la société civile. Durant cette manifestation, la population sera invitée à signer la motion de censure. L’organisation souhaitée est la tenue d’une permanence assurée conjointement par un élu et un citoyen.

En fin de séance il a été constaté par plusieurs participants un manque d’information à la population. Il a été également demandé une copie de la réponse du courrier de la CGT (à qui ?).

 

Prochaine réunion le samedi 25 juin à 10h30 au tribunal

 

 

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 08:00

La municipalité d’Ambert a été sollicitée, par l’entreprise publique SNCF concernant leur volonté de faire évoluer le guichet de la gare d’Ambert de bureau de plein exercice à un bureau annexe.

Outre cette rétrogradation, la SNCF propose un conventionnement pour l’emploi d’un agent municipal ou d’un personnel associatif en lieu et place d’un personnel de la SNCF.

Un groupe de travail regroupant élus, syndicats et associatifs s'est mis en place pour proposer des actions  concertées sur l'ensemble de notre territoire.

Le CDDSP Thiers-Ambert est parti prenante de ce groupe et entend défendre l'accès au service public au plus près des habitants d'Ambert et de ses environs.


Prochaine réunion du groupe de travail le samedi 11 juin à 10h30 à Ambert.


Pour aller plus loin, différents liens :

https://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/egdt/EGDT_cahiers_acteurs_SNCF.pdf
-livret édité par la SNCF en  2012 "la SNCF au cœur des territoires" dans lequel vous trouverez en page 4 la citation suivante:
"La SNCF est également signataire de la Charte des services publics en milieu rural. Elle informe ainsi le préfet de département des évolutions de services qu’elle prévoit six mois
avant leur mise en œuvre afin de permettre à celui-ci, s’il le juge utile, de réunir la commission départementale d’organisation et de modernisation des services publics (CDOMSP).
Bref la SNCF reconnaît elle même l'argument.

Lien vers le document de référence des gares trouvé sur le site de "gares et connexions" (un gros pavé )
http://www.gares-sncf.com/sites/default/files/field_files/2016-04/document_de_reference_des_gares_2017_23_mars_2016.pdf

et la liste des gare pour 2017 dans laquelle ne figure pas Ambert....
http://www.gares-sncf.com/sites/default/files/field_files/2016-01/annexe_0_listes_des_gares_nov_2015_pour_publication.pdf

AILLEURS AUSSI… LA SNCF « RESTRUCUTURE »

 

1/ Loudéac. Les guichets de la gare SNCF vont fermer

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/gare-sncf-les-guichets-vont-fermer-14-05-2016-11067060.php#closePopUp               14 mai 2016 à 11h18 / Yves Oliviéro /

Une page de l'histoire locale risque de se tourner avec la fermeture de la gare, annoncée par la SNCF. Elle recherche auparavant un partenariat avec la ville ou la Cidéral pour assurer à Loudéac la vente des billets. À l'accueil, Jacky Bruneteau assure qu'il sera présent jusqu'à la fin.

La SNCF envisage prochainement la fermeture de l'accueil à la gare de Loudéac. « Face à l'augmentation de la vente de titres de transports sur internet, c'est une situation qui est envisagée lors du départ à la retraite du titulaire au guichet », explique Thierry Chaplais, de la direction régionale. C'est le cas pour Jacky Bruneteau qui approche de la retraite. Mais avant de fermer, la SNCF discute avec les responsables du territoire pour trouver une solution différente à la vente des billets sur place. La date présumée n'est pas certifiée, sans doute fin d'année ou début 2017. « Rien n'est inscrit dans le marbre ».

60 à 100 billets vendus par jour

Actuellement, les voyageurs sont toujours nombreux à fréquenter la gare de Loudéac pour l'obtention des billets de train ou d'autocars. « En moyenne, je vends entre 60 et 100 billets par jour, sans compter les demandes de renseignements à longueur de journée », commente Jacky Bruneteau.

La vente directe est essentielle, elle permet notamment de faire des économies par rapport à internet. Mardi dernier, Isabelle, une cliente, témoignait : « J'ai fait le calcul pour un trajet vers Marseille avec plusieurs changements, entre la vente sur le net et la vente en direct, cela faisait jusqu'à 35 € en plus ».

Sur les plus courts trajets en autocars, un jeune homme faisait le même constat : « Les conducteurs vendent un ticket uniquement sur leur parcours. Pour me rendre de Loudéac à Morlaix, je dois d'abord prendre un billet de 8 € pour rejoindre Saint-Brieuc et ensuite un nouveau billet de 8 €, pour monter dans un autre autocar jusqu'à Morlaix. Si je l'achète à la gare c'est 8 € pour l'ensemble du trajet ».

« C'est compliqué l'internet »

La clientèle n'est pas forcément habituée à utiliser internet. Annie et Noëlla, retraitées, témoignent elles aussi. « On ne sait pas comment faire par internet, pour nous c'est compliqué. Les jeunes utilisent ça comme nous avec un crayon, mais on est loin d'en faire autant ». Les deux soeurs sont fidèles à la SNCF : « Nous faisons toujours nos longs trajets par le train, c'est moins fatiguant. À chaque fois, on vient voir Jacky, parce qu'il nous accueille très bien. Quand ce sont d'autres qui sont au guichet, on fait demi-tour ».

Au guichet depuis 1982

Cette bonne réputation Jacky Bruneteau la doit au mal qu'il se donne à trouver les meilleurs circuits pour ses clients. Il est entré à la SNCF en 1982, pour exercer sur plusieurs postes dont le guichet. « À ce moment-là, il y avait deux trains de marchandises chaque jour, plus un train de 22 wagons deux fois par semaine. Le trafic voyageurs représentait quatre allers et retours par jour, en autorail », se souvient-il. Devant la concurrence de la route, la fréquentation est allée en diminuant, jusqu'à la disparition du trafic voyageur vers Pontivy, en 1986. La liaison vers Saint-Brieuc s'est arrêtée quelques années plus tard, en 2006. C'est l'autocar qui a pris le relais pour aboutir aujourd'hui à une dizaine de transferts entre Vannes ou Lorient et Saint-Brieuc.

Un nouveau service public disparaît

Les fermetures de gares s'accumulent en Bretagne, à Pontivy elle a eu lieu il y a deux ans en même temps qu'à Pléneuf et Ploërmel (56). Dans ces deux dernières villes, la vente de billets de trains est aujourd'hui assurée par l'office du tourisme. À Loudéac, la disparition du service est mal acceptée par les utilisateurs, comme Jean-Michel : « Après EDF et France Télécom, c'est la gare. La ville s'agrandit, mais on perd les services publics »

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/gare-sncf-les-guichets-vont-fermer-14-05-2016-11067060.php#closePopUp#b5bTCbSBEIfLPW3p.99

 

2/ Aubusson se mobilise pour conserver le poste d’accueil de la gare routière menacée de fermeture

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/aubusson/2016/03/01/aubusson-se-mobilise-pour-conserver-le-poste-daccueil-de-la-gare-routiere-menacee-de-fermeture_11803763.html              Robert Guinot 01/03/16 -

Une pétition en ligne, des usagers qui expriment leur colère… Le maire d’Aubusson, Michel Moine, a alerté le vice-président du Conseil régional chargé des transports. Ce jeudi, il recevra le directeur régional de la SNCF. Aubusson se mobilise pour conserver le poste d’agent d’accueil de la gare routière.

La gare ferroviaire d'Aubusson est fermée depuis longtemps. Elle a été achetée par la Com-com Creuse Grand sud qui y installe des artisans et des petites entreprises. Les trains, à la suite de la fermeture du tronçon Felletin-Ussel, le 30 septembre 1979, ne circulent plus guère sur la voie ferrée dont le terminus est Felletin.

Depuis des années, les usagers de la SNCF du secteur utilisent essentiellement des cars pour se rendre à La Souterraine, Limoges, Montluçon, Ussel et, depuis quelques mois, Clermont-Ferrand. Ils se renseignent et achètent leurs billets de train et de bus TER à la gare routière, construite par la commune au début des années 2000, en face du Musée de la tapisserie et de la Scène nationale, en bordure de l'axe Limoges-Clermont.

Au fil des années, la SNCF désenclave de moins en moins la Creuse, en particulier le sud du département. Si l'on en croit la CGT, un nouveau pas sera franchi ce printemps. Le syndicat a, en conséquence, décrété « l'état d'urgence » lors d'une récente conférence de presse à Limoges (notre édition du 17 février).

Selon la CGT, cinq gares limousines devraient perdre leur poste d'agent d'accueil, dont celle d'Aubusson. D'autres devraient voir leurs horaires de vente réduits alors que des trains TER sont supprimés jusqu'au 29 mars.

La CGT Cheminots invite les usagers à réagir en interpellant la SNCF et les élus régionaux, notamment le vice-président du Conseil régional chargé des transports. « Que faire lorsqu'on est usagers et que l'on subit les choix stratégiques de la direction de la SNCF », s'interroge la CGT qui en décrétant « l'état d'urgence ferroviaire » proclame « Touche pas à mon train ! ».

Sur le plan local, Michel Moine s'est saisi du dossier. Il a confirmé, sur son compte facebook, la menace qui pèse sur le poste d'accueil de la gare routière d'Aubusson et a pris l'initiative d'une pétition en ligne.

« Je suis hostile aux projets de la SNCF, je n'ai pas l'intention d'être placé devant le fait accompli. La gare d'Aubusson constitue un service apprécié et utile à de nombreux Creusois. Même à l'heure de l'Internet, il est très utile à la population », déclare le maire d'Aubusson. La semaine dernière, il s'est adressé à Renaud Lagrave, vice-président de la Région chargé des transports.

Jeudi, le maire rencontre le directeur de la SNCF

« Il m'a assuré de son soutien », nous a déclaré le maire qui a pris rendez-vous avec Laurent Beaucaire, directeur régional de la SNCF. Il le rencontrera ce jeudi 3 mars. « Nous allons mobiliser la population et les élus. Avec Gilles Pallier, ancien vice-président du Conseil régional du Limousin chargé des transports, c'est un dossier que nous connaissons bien. Nous sommes déterminés et nous le ferons savoir au directeur de la SNCF ».

Ce point de vente et de renseignements apparaît, aux yeux du maire, d'autant plus indispensable que la population du sud de la Creuse, notamment en dehors des bourgs centre, ne dispose pas forcément de l'Internet et que la Cité internationale de la tapisserie s'apprête à ouvrir ses portes. En l'absence de toute gare, les visiteurs seraient aux prises avec un désert ferroviaire pour le moins pénalisant.

3/ SNCF : la fermeture annoncée du guichet de la gare Albi-Madeleine suscite l’inquiétude de la CGT, d’autres guichets de gares tarnaises sont menacés

http://www.letarnlibre.com/2016/02/23/3816-sncf-fermeture-annoncee-guichet-gare-albi-madeleine-suscite-inquietude-cgt-autres-guichets-gares-tarnaises-sont-menaces.html

Publié le 23/02/2016 à 18h33 | Mis à jour le 24/02/2016 à 15h25 -Félix Besombes - mise en forme internet : Thierry Tchukriel

Une vingtaine de personnes  se sont retrouvées devant la gare d’Albi-Madeleine mardi 23 février en fin de matinée pour protester contre la fermeture annoncée du guichet de cette gare. La CGT Cheminot dit son inquiétude.

La fermeture du guichet d’Albi Madeleine signifie la fin des conseils clients et ventes de ticket au guichet

« Il restera un agent par rapport à la sécurité, mais pas de guichet SNCF », voici ce que l’on pouvait entendre mercredi 23 février aux alentours de 11h à la gare SNCF d’Albi Madeleine. Une vingtaine de personnes étaient rassemblé contre cette fermeture qui signifie qu’il n’y aura pas d’ouvertures de toilettes, pas de services de conseils ni de ventes de tickets, a souligné un représentant CGT Cheminot.

Des menaces de fermeture de guichet aussi à Rabastens, Lisle sur Tarn, Vindrac et au delà dans la région

Dans le département du Tarn, quatre gares sont menacées dans l’immédiat : Albi Madeleine, Rabastens, Lisle-sur-Tarn et Vindrac. Ces incertitudes dépendent de la région, car c’est elle qui attribue le budget, les personnes qui étaient ce mardi en gare d’Albi-Madeleine essayent donc d'attirer le regard de la Région. Ces fermetures ne concernent donc pas que le Tarn, mais la région entière dans des zones fragiles. Le syndicat CGT craint aussi des dégradations dans les gares alors que certaines viennent d’être remise à neuf.

Ces changements font partie de la nouvelle convention régionale qui décide des services et du plan des transports. La région va mettre en place des réunions publiques dans les départements concernés dans le courant du 1er semestre pour discuter avec les acteurs locaux afin de trouver un terrain d’entente. Cette convention ne sera définitivement mise en place qu’à partir du début de l’année prochaine, mais il y a une anticipation des fermetures des guichets.

Le guichet de la gare Albi Madeleine avait déjà été menacé en 2002 - 2003

Après un début de bataille dans les années 2002 et 2003, la gare de la Madeleine avait été sauvée grâce aux actions de délégués CGT ainsi que de certains élus. Avec ce mouvement, il y eut la création d’une coordination des comités de défense des gares. Aujourd’hui encore, la gare est menacée de ne plus avoir de guichet, ce qui signifie que les trains s’arrêteront toujours, mais sans personnel. Malgré une fréquentation qui augmente, suite à la promotion du guichetier qui est parti à la gare d’Albi Ville, il n’y a aucune personne permanente depuis Septembre 2015 à Albi-Madeleine. Pour ce qui est de cette gare, la SNCF envoie du personnel quand il y a de la disponibilité dans le département.

Des personnes présentes à Albi Madeleine mercredi 22 février ont manifesté également leur inquiétude devant d’autres mesures annoncées ou mise en œuvre : 

  • l’ouverture du marché à la concurrence
  • ainsi que les bus
  • ou encore la suppression de certains train de nuit dans la région.

D’autres encore nous ont confié vivre dans « une période compliqué ». En plus de celles sur les guichets des gares d’Albi Madeleine, Rabastens, Lisle sur Tarn et Vindrac, d’autres menaces – l’arrêt de lignes entières comme Montrejeau/Luchon et Rodez/Séverac le Château - nourrissent l’inquiétude dans notre région.

Document(s) lié(s): Le courrier des élus du territoire rabastinois adressé à la SNCF. - taille: 0.491 Mo

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 12:06

RANDONNEE GRATUITE

OUVERTE A TOUTES ET A TOUS

 

MARCHE  DU  RAIL

SAMEDI 21 SEPTEMBRE

A 15H00 – GARE DE BILLOM

 

Pour la réouverture de la ligne ferroviaire Billom – Vertaizon

 

VENEZ NOMBREUX participer à cette randonnée pédestre le long de l’ancienne voie ferroviaire.

-       Départ Gare de Billom, arrivée passage à niveau d’Espirat (5 km).

-       Retour à la gare de Billom.

-       Informations sur l’avancée des démarches du collectif, réponses à vos questions.

Pot de l’amitié de ce rassemblement citoyen.
Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 12:02

 

Août 2013

Un premier pas vient d’être franchi

 

 

Depuis plus d’un an, un groupe de citoyens dépendant du Collectif de Défense et de Développement des Services Publics (CDDSP) travaille à la mise en oeuvre d’études d’opportunité pour mesurer les coûts de réhabilitation de la voie ferrée entre Billom et Vertaizon et pour disposer de données socio-économiques.

 

Après un comptage auprès des usagers de la route, après des rencontres avec le Conseil Régional d’Auvergne, le Conseil Général du Puy de Dôme, La Préfecture, Le Parc Livradois-Forez, le Grand Clermont, la Direction Régionale de la SNCF, après un voeu adopté par la Communauté de Communes de Billom – Saint Dier et par les municipalités, après une réunion publique en fin d’année 2012 à Billom, une rencontre importante s’est tenue au Conseil Régional d’Auvergne.

 

Cette réunion faisait suite à un courrier transmis au Conseil régional par le Député André Chassaigne et par notre association demandant qu’une table ronde soit organisée pour valider la réalisation d’une étude.

Présidée par Luc Bourduge, Vice-Président en charge des transports, une vingtaine d’élus (Conseil général, Grand Clermont, Sénateur, Conseiller général de Billom, Communauté de communes, mairie de Billom, …), des représentants de la SNCF, de RFF, une délégation du Collectif de Défense et de Développement des Services Publics ont fait le point des démarches et des actions entreprises.

 

Ensuite, après avoir débattu de l’opportunité de 2 études (l’une sur les coûts de rénovation de la voie ferrée, l’autre sur les questions environnementales, de sécurité, d’impact auprès de la population,…), proposées par les représentants du Collectif de Défense et de Développement des Services Publics, les élus ont donné leur accord pour les financer.

 

Il s’agit bien d’une première victoire collective à mettre à l’actif de la mobilisation citoyenne principalement lors du comptage réalisé (près de 1000 personnes ont répondu au questionnaire) et du succès de la réunion publique tenue à Billom en décembre dernier.

 

Pourquoi la réouverture de la ligne ferroviaire est-elle pertinente?

 

- Dans un environnement menacé, le train est un moyen de réduire les gaz à effet de serre.

 

- Le train est un atout en terme de sécurité et de qualité de transport.

 

- La commune de Billom est identifiée comme un pôle de vie au sein du Pays du Grand Clermont. Elle occupe une place capitale, du fait des nombreux services qu’elle regroupe et du lien qu’elle réalise avec les territoires du Livradois Forez. Dans ce cadre d’attractivité, la question des déplacements et plus précisément des transports en commun, est fondamentale eu égard au développement économique, social et aussi démographique de ce secteur géographiquement stratégique.

 

- Quotidiennement, de nombreux salariés et étudiants se rendent dans l’agglomération clermontoise ; des actifs de l’extérieur travaillent sur la commune de Billom ; des personnes de l’agglomération clermontoise rendent visite à des malades de l’hôpital de Billom,...

 

- Une voie ferrée existe entre Billom et la gare de Vertaizon.

 

- Le temps de parcours, par le train serait d’environ 25 minutes entre Billom et Clermont-Ferrand, nettement inférieur à celui de la voiture ou du car, notamment aux périodes de pointe.

 

- Avec les cartes d’abonnement, le train est financièrement très intéressant Du fait du coût et de l’augmentation du prix des carburants, cet argument retient l’attention des automobilistes.

 

Pour réaliser ces 2 études, un appel d’offre doit être lancé.

Le Collectif de Défense et de Développement des Services Publics est intervenu auprès du Conseil Régional pour lui demander que ces appels d’offre soient présentés à la population avant d’être finalisés; le collectif s’engageant à organiser une réunion publique à Billom.

 

ENSEMBLE, RESTONS MOBILISES

POUR CE PROJET D’AVENIR.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------

 

MARCHE DU RAIL

Samedi 21 septembre à 15h00 en gare de BILLOM

 

Le collectif vous invite à participer à une randonnée pédestre le long de l’ancienne voie ferrée Billom – Vertaizon (8 kms environ).

Des animations sont prévues. Une démonstration de montage d’une voie ferrée (pose des traverses et des rails) est à l’étude.

Un pot de l’amitié clôturera cette initiative publique vers 17h30.

 

Participation gratuite et ouverte à toutes et à tous

 

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 19:36

 

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 18:17

affiche-carr-.jpg

 

Monsieur René SOUCHON
Hôtel de la région
13/15, avenue de Fontmaure
BP60
63402 Chamalières Cedex

 

 

 

Billom le 22 décembre 2011,


Monsieur le Président,


Depuis le début de l’été, un groupe de travail pluraliste, dépendant du Collectif de Défense et de Développement des Services Publics (CDDSP), est en place pour étudier la pertinence de remettre en service la ligne de chemin de fer Billom - Vertaizon. Un dossier complet a été élaboré.
Des rencontres ont eu lieu et d’autres sont prévues avec les représentants des collectivités locales de ce territoire.
Un comptage a été réalisé par notre association le mardi 22 novembre dernier vers la gare de Billom et vers celle de Vertaizon entre 6h30 et 9h00. Nous avons recueilli 633 questionnaires. A la question, prendriez-vous le train si la ligne rouvrait, 545 ont répondu OUI, 88 ont répondu NON. Depuis, nous avons reçu et recevons toujours quotidiennement des réponses par la Poste ou par mail. C’est près d’un millier de personnes qui, à l’heure actuelle, a participé à ce comptage. Ce résultat clair en faveur du train dépasse nos espérances.
La municipalité de Billom a reçu une délégation de notre collectif le 2 décembre 2011 ; cette dernière a exposé aux élus l’intérêt de cette initiative, les arguments qui plaident en faveur de la réouverture de la ligne et les initiatives programmées. Ce contact avec les élus de Billom a été très constructif.
A l’issue du Conseil municipal qui a suivi cette rencontre, l’ensemble des élus présents a voté, à l’unanimité, un vœu présenté par Monsieur Guillon, Maire, en faveur d’une étude pour la réouverture de cette ligne.
Grâce à ces différents appuis, essentiels pour mener nos démarches, une série de rencontres est prévue avec tous les acteurs concernés. Nous avons demandé, dans un premier temps, un rendez-vous à Monsieur Jean Yves GOUTTEBEL, Président du Conseil Général du Puy de Dôme, propriétaire de la ligne. Ensuite, dès que ce rendez-vous aura eu lieu, nous vous demanderons une audience ainsi qu’à l’Etat, la SNCF, RFF, les organisations syndicales,..
En effet, lors de la consultation et de diverses rencontres, nous sentons bien que l’intérêt pour le train va grandissant.
Le prix du carburant, les bouchons aux entrées de l’agglomération clermontoise et les temps de parcours, les questions plus profondes de sécurité, de qualité de transport, d’environnement sont au cœur des préoccupations des habitants de notre territoire.
En complémentarité avec les autres modes de transport (car, co-voiturage, autos, vélo) dont les infrastructures doivent être considérablement améliorées, le train au départ de Billom, sans changement jusqu’à Clermont Ferrand, est un élément essentiel d’une dynamique de transport en commun. La très grande majorité des personnes consultées ont attiré notre attention sur la nécessité d’avoir un moyen de transport rapide d’un temps de parcours inférieur à 30 minutes. Selon nos calculs, le parcours Billom – Clermont Ferrand en train ne dépasserait pas 25 minutes.
Avec la rénovation et la circulation de nouveaux trains sur Clermont Ferrand – Thiers, il est possible d’utiliser de manière  optimale les nouvelles capacités qu’offre cette ligne.
Nous sommes convaincus que pour bien porter ce projet, il  va falloir mener un travail collectif, unitaire, large et pluraliste. Déjà, notre mouvement en faveur du train à Billom se forme, il rassemble la diversité avec pour objectif majeur de devenir un projet porté par les populations concernées.
Nous vous prions de croire, Monsieur,, en nos salutations distinguées.


La Présidente du Collectif,                Pour le groupe de travail,           




Jocelyne LEZER                        Jacky GRAND   


Copie à Monsieur Luc BOUDUGE, Vice-Président, en charge de la Mobilité et des Transports    .           

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article
5 décembre 2008 5 05 /12 /décembre /2008 11:16
Michel Bouchet, Secrétaire départemental de la FSU 63, Coordonnateur du collectif départemental de défense et de développement des services publics du Puy de Dôme

nous fait parvenir ce communiqué de Sud Rail repris dans sa substance ci-dessous et les tracts diffusés par la CGT. On nous promet une matinée "gratinée" !



De SUD-Rail :

Une manifestation aura lieu à la gare de clermont-Ferrand samedi 6/12/2008 à 10 heures à l’occasion des festivités sur la mise à vitesse 200 KM sur la ligne Paris Clermont. Le gratin régional et national participe, préfet de région, président de région, directeur de région SNCF, Hortefeux, Pepy président de la SNCF, président de RFF, peut être même Bussereau ;

Suite au dernier mouvement SNCF et à l'incompréhension de nos militants suite à la position des autres organisations syndicales de la SNCF, nous nous étions désolidarisés de l'intersyndicale qui appelle au rassemblement.

Le message des cheminots et des usagers, le combat contre la fermeture des lignes SNCF et plus généralement des services publics, la défense des sans papiers, nous amènent aujourd'hui à reconsidérer notre position. Nous rejoignons donc l'intersyndicale cheminote.

Le syndicat Sud-Rail appelle à manifester à partir de 10 heures à la gare de Clermont-Ferrand.


Nous appelons donc le plus grand nombre à venir manifester SAMEDI 6 décembre 2008 à 10 heures du matin.

Tracts CGT Cheminots



Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article