Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 08:00

La municipalité d’Ambert a été sollicitée, par l’entreprise publique SNCF concernant leur volonté de faire évoluer le guichet de la gare d’Ambert de bureau de plein exercice à un bureau annexe.

Outre cette rétrogradation, la SNCF propose un conventionnement pour l’emploi d’un agent municipal ou d’un personnel associatif en lieu et place d’un personnel de la SNCF.

Un groupe de travail regroupant élus, syndicats et associatifs s'est mis en place pour proposer des actions  concertées sur l'ensemble de notre territoire.

Le CDDSP Thiers-Ambert est parti prenante de ce groupe et entend défendre l'accès au service public au plus près des habitants d'Ambert et de ses environs.


Prochaine réunion du groupe de travail le samedi 11 juin à 10h30 à Ambert.


Pour aller plus loin, différents liens :

https://www.senat.fr/fileadmin/Fichiers/Images/egdt/EGDT_cahiers_acteurs_SNCF.pdf
-livret édité par la SNCF en  2012 "la SNCF au cœur des territoires" dans lequel vous trouverez en page 4 la citation suivante:
"La SNCF est également signataire de la Charte des services publics en milieu rural. Elle informe ainsi le préfet de département des évolutions de services qu’elle prévoit six mois
avant leur mise en œuvre afin de permettre à celui-ci, s’il le juge utile, de réunir la commission départementale d’organisation et de modernisation des services publics (CDOMSP).
Bref la SNCF reconnaît elle même l'argument.

Lien vers le document de référence des gares trouvé sur le site de "gares et connexions" (un gros pavé )
http://www.gares-sncf.com/sites/default/files/field_files/2016-04/document_de_reference_des_gares_2017_23_mars_2016.pdf

et la liste des gare pour 2017 dans laquelle ne figure pas Ambert....
http://www.gares-sncf.com/sites/default/files/field_files/2016-01/annexe_0_listes_des_gares_nov_2015_pour_publication.pdf

AILLEURS AUSSI… LA SNCF « RESTRUCUTURE »

 

1/ Loudéac. Les guichets de la gare SNCF vont fermer

http://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/gare-sncf-les-guichets-vont-fermer-14-05-2016-11067060.php#closePopUp               14 mai 2016 à 11h18 / Yves Oliviéro /

Une page de l'histoire locale risque de se tourner avec la fermeture de la gare, annoncée par la SNCF. Elle recherche auparavant un partenariat avec la ville ou la Cidéral pour assurer à Loudéac la vente des billets. À l'accueil, Jacky Bruneteau assure qu'il sera présent jusqu'à la fin.

La SNCF envisage prochainement la fermeture de l'accueil à la gare de Loudéac. « Face à l'augmentation de la vente de titres de transports sur internet, c'est une situation qui est envisagée lors du départ à la retraite du titulaire au guichet », explique Thierry Chaplais, de la direction régionale. C'est le cas pour Jacky Bruneteau qui approche de la retraite. Mais avant de fermer, la SNCF discute avec les responsables du territoire pour trouver une solution différente à la vente des billets sur place. La date présumée n'est pas certifiée, sans doute fin d'année ou début 2017. « Rien n'est inscrit dans le marbre ».

60 à 100 billets vendus par jour

Actuellement, les voyageurs sont toujours nombreux à fréquenter la gare de Loudéac pour l'obtention des billets de train ou d'autocars. « En moyenne, je vends entre 60 et 100 billets par jour, sans compter les demandes de renseignements à longueur de journée », commente Jacky Bruneteau.

La vente directe est essentielle, elle permet notamment de faire des économies par rapport à internet. Mardi dernier, Isabelle, une cliente, témoignait : « J'ai fait le calcul pour un trajet vers Marseille avec plusieurs changements, entre la vente sur le net et la vente en direct, cela faisait jusqu'à 35 € en plus ».

Sur les plus courts trajets en autocars, un jeune homme faisait le même constat : « Les conducteurs vendent un ticket uniquement sur leur parcours. Pour me rendre de Loudéac à Morlaix, je dois d'abord prendre un billet de 8 € pour rejoindre Saint-Brieuc et ensuite un nouveau billet de 8 €, pour monter dans un autre autocar jusqu'à Morlaix. Si je l'achète à la gare c'est 8 € pour l'ensemble du trajet ».

« C'est compliqué l'internet »

La clientèle n'est pas forcément habituée à utiliser internet. Annie et Noëlla, retraitées, témoignent elles aussi. « On ne sait pas comment faire par internet, pour nous c'est compliqué. Les jeunes utilisent ça comme nous avec un crayon, mais on est loin d'en faire autant ». Les deux soeurs sont fidèles à la SNCF : « Nous faisons toujours nos longs trajets par le train, c'est moins fatiguant. À chaque fois, on vient voir Jacky, parce qu'il nous accueille très bien. Quand ce sont d'autres qui sont au guichet, on fait demi-tour ».

Au guichet depuis 1982

Cette bonne réputation Jacky Bruneteau la doit au mal qu'il se donne à trouver les meilleurs circuits pour ses clients. Il est entré à la SNCF en 1982, pour exercer sur plusieurs postes dont le guichet. « À ce moment-là, il y avait deux trains de marchandises chaque jour, plus un train de 22 wagons deux fois par semaine. Le trafic voyageurs représentait quatre allers et retours par jour, en autorail », se souvient-il. Devant la concurrence de la route, la fréquentation est allée en diminuant, jusqu'à la disparition du trafic voyageur vers Pontivy, en 1986. La liaison vers Saint-Brieuc s'est arrêtée quelques années plus tard, en 2006. C'est l'autocar qui a pris le relais pour aboutir aujourd'hui à une dizaine de transferts entre Vannes ou Lorient et Saint-Brieuc.

Un nouveau service public disparaît

Les fermetures de gares s'accumulent en Bretagne, à Pontivy elle a eu lieu il y a deux ans en même temps qu'à Pléneuf et Ploërmel (56). Dans ces deux dernières villes, la vente de billets de trains est aujourd'hui assurée par l'office du tourisme. À Loudéac, la disparition du service est mal acceptée par les utilisateurs, comme Jean-Michel : « Après EDF et France Télécom, c'est la gare. La ville s'agrandit, mais on perd les services publics »

© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/gare-sncf-les-guichets-vont-fermer-14-05-2016-11067060.php#closePopUp#b5bTCbSBEIfLPW3p.99

 

2/ Aubusson se mobilise pour conserver le poste d’accueil de la gare routière menacée de fermeture

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/aubusson/2016/03/01/aubusson-se-mobilise-pour-conserver-le-poste-daccueil-de-la-gare-routiere-menacee-de-fermeture_11803763.html              Robert Guinot 01/03/16 -

Une pétition en ligne, des usagers qui expriment leur colère… Le maire d’Aubusson, Michel Moine, a alerté le vice-président du Conseil régional chargé des transports. Ce jeudi, il recevra le directeur régional de la SNCF. Aubusson se mobilise pour conserver le poste d’agent d’accueil de la gare routière.

La gare ferroviaire d'Aubusson est fermée depuis longtemps. Elle a été achetée par la Com-com Creuse Grand sud qui y installe des artisans et des petites entreprises. Les trains, à la suite de la fermeture du tronçon Felletin-Ussel, le 30 septembre 1979, ne circulent plus guère sur la voie ferrée dont le terminus est Felletin.

Depuis des années, les usagers de la SNCF du secteur utilisent essentiellement des cars pour se rendre à La Souterraine, Limoges, Montluçon, Ussel et, depuis quelques mois, Clermont-Ferrand. Ils se renseignent et achètent leurs billets de train et de bus TER à la gare routière, construite par la commune au début des années 2000, en face du Musée de la tapisserie et de la Scène nationale, en bordure de l'axe Limoges-Clermont.

Au fil des années, la SNCF désenclave de moins en moins la Creuse, en particulier le sud du département. Si l'on en croit la CGT, un nouveau pas sera franchi ce printemps. Le syndicat a, en conséquence, décrété « l'état d'urgence » lors d'une récente conférence de presse à Limoges (notre édition du 17 février).

Selon la CGT, cinq gares limousines devraient perdre leur poste d'agent d'accueil, dont celle d'Aubusson. D'autres devraient voir leurs horaires de vente réduits alors que des trains TER sont supprimés jusqu'au 29 mars.

La CGT Cheminots invite les usagers à réagir en interpellant la SNCF et les élus régionaux, notamment le vice-président du Conseil régional chargé des transports. « Que faire lorsqu'on est usagers et que l'on subit les choix stratégiques de la direction de la SNCF », s'interroge la CGT qui en décrétant « l'état d'urgence ferroviaire » proclame « Touche pas à mon train ! ».

Sur le plan local, Michel Moine s'est saisi du dossier. Il a confirmé, sur son compte facebook, la menace qui pèse sur le poste d'accueil de la gare routière d'Aubusson et a pris l'initiative d'une pétition en ligne.

« Je suis hostile aux projets de la SNCF, je n'ai pas l'intention d'être placé devant le fait accompli. La gare d'Aubusson constitue un service apprécié et utile à de nombreux Creusois. Même à l'heure de l'Internet, il est très utile à la population », déclare le maire d'Aubusson. La semaine dernière, il s'est adressé à Renaud Lagrave, vice-président de la Région chargé des transports.

Jeudi, le maire rencontre le directeur de la SNCF

« Il m'a assuré de son soutien », nous a déclaré le maire qui a pris rendez-vous avec Laurent Beaucaire, directeur régional de la SNCF. Il le rencontrera ce jeudi 3 mars. « Nous allons mobiliser la population et les élus. Avec Gilles Pallier, ancien vice-président du Conseil régional du Limousin chargé des transports, c'est un dossier que nous connaissons bien. Nous sommes déterminés et nous le ferons savoir au directeur de la SNCF ».

Ce point de vente et de renseignements apparaît, aux yeux du maire, d'autant plus indispensable que la population du sud de la Creuse, notamment en dehors des bourgs centre, ne dispose pas forcément de l'Internet et que la Cité internationale de la tapisserie s'apprête à ouvrir ses portes. En l'absence de toute gare, les visiteurs seraient aux prises avec un désert ferroviaire pour le moins pénalisant.

3/ SNCF : la fermeture annoncée du guichet de la gare Albi-Madeleine suscite l’inquiétude de la CGT, d’autres guichets de gares tarnaises sont menacés

http://www.letarnlibre.com/2016/02/23/3816-sncf-fermeture-annoncee-guichet-gare-albi-madeleine-suscite-inquietude-cgt-autres-guichets-gares-tarnaises-sont-menaces.html

Publié le 23/02/2016 à 18h33 | Mis à jour le 24/02/2016 à 15h25 -Félix Besombes - mise en forme internet : Thierry Tchukriel

Une vingtaine de personnes  se sont retrouvées devant la gare d’Albi-Madeleine mardi 23 février en fin de matinée pour protester contre la fermeture annoncée du guichet de cette gare. La CGT Cheminot dit son inquiétude.

La fermeture du guichet d’Albi Madeleine signifie la fin des conseils clients et ventes de ticket au guichet

« Il restera un agent par rapport à la sécurité, mais pas de guichet SNCF », voici ce que l’on pouvait entendre mercredi 23 février aux alentours de 11h à la gare SNCF d’Albi Madeleine. Une vingtaine de personnes étaient rassemblé contre cette fermeture qui signifie qu’il n’y aura pas d’ouvertures de toilettes, pas de services de conseils ni de ventes de tickets, a souligné un représentant CGT Cheminot.

Des menaces de fermeture de guichet aussi à Rabastens, Lisle sur Tarn, Vindrac et au delà dans la région

Dans le département du Tarn, quatre gares sont menacées dans l’immédiat : Albi Madeleine, Rabastens, Lisle-sur-Tarn et Vindrac. Ces incertitudes dépendent de la région, car c’est elle qui attribue le budget, les personnes qui étaient ce mardi en gare d’Albi-Madeleine essayent donc d'attirer le regard de la Région. Ces fermetures ne concernent donc pas que le Tarn, mais la région entière dans des zones fragiles. Le syndicat CGT craint aussi des dégradations dans les gares alors que certaines viennent d’être remise à neuf.

Ces changements font partie de la nouvelle convention régionale qui décide des services et du plan des transports. La région va mettre en place des réunions publiques dans les départements concernés dans le courant du 1er semestre pour discuter avec les acteurs locaux afin de trouver un terrain d’entente. Cette convention ne sera définitivement mise en place qu’à partir du début de l’année prochaine, mais il y a une anticipation des fermetures des guichets.

Le guichet de la gare Albi Madeleine avait déjà été menacé en 2002 - 2003

Après un début de bataille dans les années 2002 et 2003, la gare de la Madeleine avait été sauvée grâce aux actions de délégués CGT ainsi que de certains élus. Avec ce mouvement, il y eut la création d’une coordination des comités de défense des gares. Aujourd’hui encore, la gare est menacée de ne plus avoir de guichet, ce qui signifie que les trains s’arrêteront toujours, mais sans personnel. Malgré une fréquentation qui augmente, suite à la promotion du guichetier qui est parti à la gare d’Albi Ville, il n’y a aucune personne permanente depuis Septembre 2015 à Albi-Madeleine. Pour ce qui est de cette gare, la SNCF envoie du personnel quand il y a de la disponibilité dans le département.

Des personnes présentes à Albi Madeleine mercredi 22 février ont manifesté également leur inquiétude devant d’autres mesures annoncées ou mise en œuvre : 

  • l’ouverture du marché à la concurrence
  • ainsi que les bus
  • ou encore la suppression de certains train de nuit dans la région.

D’autres encore nous ont confié vivre dans « une période compliqué ». En plus de celles sur les guichets des gares d’Albi Madeleine, Rabastens, Lisle sur Tarn et Vindrac, d’autres menaces – l’arrêt de lignes entières comme Montrejeau/Luchon et Rodez/Séverac le Château - nourrissent l’inquiétude dans notre région.

Document(s) lié(s): Le courrier des élus du territoire rabastinois adressé à la SNCF. - taille: 0.491 Mo

Partager cet article

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Transports - mobilité
commenter cet article

commentaires