Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2008 5 31 /10 /octobre /2008 13:39
Allocution de Rozenn Sinsard devant la préfecture à Clermont-Fd lors du rassemblement du samedi 25-10-08
Voici ce qu'ont écrit  13 grands noms de la Résistance Française en 2004,  lors du 60ème anniversaire du CNR, qui sera la base de la reconstruction de la France d'après guerre, autour des besoins fondamentaux humains :
« Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle.
Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15 mars 1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques " , droit à la culture et à l’éducation pour tous, presse délivrée de l’argent et de la corruption, lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie ».

C'était en 2004.

Nous, CDDSP, répondons à cet appel avec le plus grand respect en pensant aux fondements même de notre République Française et de la vision que l'on en a d'une société équitable et solidaire envers l'ensemble de la population.

Nous demandons à ce que la population reprenne une place centrale dans les décisions, afin qu'une réelle force populaire soit mise en place et réponde de manière constructive à la volonté en haut lieu de donner à l'Etat une notion de rentabilité financière.

Nous n'acceptons pas que l'Etat fonctionne comme une entreprise avec comme seul principe les gains et la réussite.

Mais de quelle réussite parlons nous, si c'est celle de voir débloquer quelques 360 Milliards d' € pour maintenir les bénéfices de quelques banquiers,alors que dans le même temps, il suffirait par exemple de débloquer 9 Milliards pour que le SMIC atteigne les 1500 € nets / mois. Qui peut nous parler en ce moment du trou de la sécu et de notre responsabilité face à cela? On nous parle de difficultés, qu'il faut que l'on y mette du notre pour arriver à réformer l'Etat en profondeur, il paraît que c'est nécessaire! Nous, nous pensons que ce qui est nécessaire sont les besoins humains. Et nous n'inventons rien, la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 qui va bientôt fêter son 60ème anniversaire comprend les notions simples dont nous parlons, celle qui met l'homme au centre de toute construction républicaine.

Aujourd’hui nous sommes conscients de la gravité de la situation concernant le démantèlement massif et extrêmement rapide des SP. Mais ne laissons personne nous dire que la façon dont nous agissons en venant nous exprimer dans le rue montre une attitude irrespectueuse à l'égard de l'Etat. Au contraire, c'est parce que nous sommes attachés à notre République et ses valeurs de solidarité que nous ne laisserons pas décider à notre place quelques bien-pensants, et que nous rappellerons à l'Etat qu'il est le garant de ces valeurs intemporelles et qui nous donne droit à l'égal accès aux SP en tant que citoyen.

Nos territoires ruraux souffrent aujourd'hui car ils sont touchés de plein fouet, de manière plus visible et plus rapide que les territoires urbains par les démantèlements des SP. L'attractivité économique aussi est en jeu. Mais il est important d'avoir conscience que cela concerne également les villes et que si nous ne faisons rien, cela aura des répercussions dramatiques sur l'ensemble du territoire Français et du même coup sur l'équilibre de nos vies.

Aujourd'hui, une force que l'on estime encore trop peu est en train de se dessiner, c'est la Force Populaire, c'est la notre, et les élus en font partie au même titre que les autres. Reprenons confiance en nos fonctions, celles de citoyens, élus ou non élus mais faisant partie de la même République, celle de l'Egalité. Nous devons allier nos forces parce que nous avons un bien commun.  Et même si nous ne sommes pas d'accord avec les orientations prises aujourd'hui par nos gouvernants, nous nous devons de leur signifier et dans le même temps d'être force de proposition. En retour, eux se doivent d'être attentifs à nos requêtes.

Pour conclure, je voudrais rappeler à ceux qui sont les acteurs de la RGPP, que si jamais ils leur arrivent un gros problème urgent de santé (ce que je ne leur souhaite pas)et qu'ils se trouvent à ce moment là à un endroit où un hôpital aura fermé, et bien tout l'argent qu'ils auront donné aux banquiers ne sauvera pas leur vie.
J'aimerais qu'ils en aient conscience eux aussi et qu'il retrouve la raison en reprenant comme base de réforme l'intérêt général plutôt que des seuils de rentabilités et des retours sur investissements quand ils parlent de nos vies.
Nos vies ne sont pas à vendre! Nos services Publics non plus!
L'avenir est à nous, et il n'a pas de prix!
            MERCI

Rozenn Sinsard
Présidente du cddsp-thiers-ambert

Partager cet article

Repost 0
Published by cddsp-thiers-ambert - dans Services publics - général
commenter cet article

commentaires